Les droits humains ne sont pas à vendre !

Les droits humains ne sont pas à vendre !

"L’huile acide qui sort de la coquille lui brûle la peau : Sunita n’a pas les moyens de s’acheter des gants de protection. Accroupie, elle décortique les noix de cajou qui quitteront bientôt le Sud de l’lnde pour rejoindre les étals de supermarchés européens. Si ceux-ci réalisent des marges confortables, Sunita, qui travaille depuis l’âge de 11 ans, gagne moins de 2 euros par jour. La Commission européenne s’apprête à prendre position sur les pratiques d’achat de la grande distribution. Exigeons une régulation contraignante pour aider celles et ceux qui sont à l’autre bout de la chaîne !"

 

"Forcée par la pauvreté

A en croire certaines publicités, les supermarchés se sacrifient pour nous proposer des prix défiant toute concurrence. En réalité, ils sacrifient surtout celles et ceux qui travaillent pour eux. Ouvrières ou petits producteurs : dans le monde, des millions de femmes et d’hommes subissent les délais intenables et les tarifs « imbattables » que les grandes surfaces imposent à leurs fournisseurs.
Le secteur des noix de cajou illustre parfaitement cette situation. Coûts revus à la baisse, délais trop courts, commandes de dernière minute, contrats instables : pour ne pas perdre leurs commandes, les fournisseurs répercutent les exigences des supermarchés européens sur une main d’œuvre précaire, souvent non déclarée voire informelle, forcée par la pauvreté d’accepter des conditions de travail indignes.
Au final, cette situation maintient des populations entières dans la pauvreté.

Une régulation s’impose

A court terme, le changement ne viendra pas des gouvernements des pays du Sud qui n’ont ni la capacité, ni parfois la volonté de protéger leurs populations. Il ne viendra pas non plus des initiatives volontaires des entreprises : codes de conduite, chartes éthiques, partenariats avec telle ou telle ONG, audits sociaux… ont montré leurs limites. Ils servent surtout le marketing et le « fairwashing »de multinationales désireuses de redorer leur blason.
En revanche, encadrer les pratiques d’achat des supermarchés européens est possible et constitue le levier le plus crédible et le plus puissant pour agir. Alors que l’Union européenne dépense des millions d’euros pour lutter contre la pauvreté dans les pays du Sud, elle doit se montrer cohérente et réguler les pratiques qui, sur son sol, vont à l’encontre de ses objectifs.[...]"

 

Lire la suite et signer l'appel

 

___________________________________________________

Actualités | Agenda | Pétitions et actions | S'engager ? Partir ?