Cambodge : Main-d’oeuvre licenciée pour avoir demandé un salaire vital

En septembre 2010, 318 Cambodgien-ne-s sont licencié-e-s. Leur faute ? Avoir manifesté pour demander une augmentation salariale. La justice et le gouvernement ont demandé leur réintégration, mais les employeurs continuent à faite la sourde oreille. Voilà donc plus de quatre mois qu’elles-ils attendent d’être réintégré-e-s à leur poste de travail.

En savoir plus et signer l'appel

 

___________________________________________________

Actualités | Agenda | Pétitions et actions | S'engager ? Partir ?