Rencontre avec Raihana Tordjemani de l'association AFAK

alt  

 Autour d'une table, à la maison départementale des femmes le jeudi 20 octobre, chacun amène son casse-croute, et c'est lors d'un moment convivial que l'on a rencontré Raihana Tordjemani de l'association AFAK apicultrice.
Invitée par l'association Lamballaise Partenariat Algérie, Raihana nous explique comment et autour de quelles valeurs s'est construite l'association. AFAK est une association fondée en 2000 dans la commune de Si Mustafa. Elle travaille sur des thématiques sociales et culturelles, promeut les droits des femmes, la laïcité et organise des activités pour les enfants afin de gérer les conflits en milieu scolaire.

 

 


En 2005, alors qu'elle n'avait jamais pensé à faire un travail lié à l'agriculture, Raihana fait partie de la dizaine de femmes qui crée la coopérative apicole en étroite collaboration avec l'association Partenariat Algérie.
Au début, ce n'était pas facile de se faire accepter, de faire passer ce message d'émancipation des femmes et des enfants, dans un esprit laïc, et à travers l'occupation d'une activité qui était plutôt réservée aux hommes... Surtout qu’en Algérie, la situation de la femme et de leurs droits est complexe, noyée entre le droit civil, le droit religieux et coutumier (code de la famille) .  
 Mais assurer une activité source de revenu et émancipatrice leur paraissait un défi à relever pour leur reconnaissance en tant que femmes et celle de leurs droits.
Il a fallu se former à l'apiculture, puis former les nouvelles arrivantes (au total 16 femmes ayant chacune une quinzaine de ruches), pour voir aujourd'hui l'expérience porter ses fruits. Avec le recul, Raihana raconte que l'activité lui a permis de gagner un peu plus de respect, l'a aidé à s'épanouir et à s'ouvrir à d'autres projets. Aujourd'hui, de plus en plus d'enfants sont inscrits à la crèche de l'association, signe qu’elle gagne en notoriété.
Son engagement dans l'association et dans la coopérative apicole a été un véritable tremplin pour son projet professionnel : aujourd'hui, Raihana possède sa propre boutique d'opticienne, car elle a pu être bénéficiaire d'un micro-crédit. Mais pour cela, il fallait être en mesure d'apporter des fonds propres, ce qui n'aurait pas été possible sans les revenus que lui ont apportés l'apiculture.
Et même si les fonds apportés lui ont été très bénéfiques, Raihana explique que l'émancipation de la femme, contrairement à l'idée que s'en fait un grand nombre d'Algériennes, ne passe pas seulement par le fait de gagner de l'argent. En effet ce sont surtout les rencontres, la prise de responsabilités au sein de l'association, et les liens tissés qui ont fait mûrir son projet et ajouter une dimension militante et citoyenne à sa situation de femme !
Aujourd'hui, l'association s'engage pour changer le code de la famille qui est encore en vigueur en Algérie, à travers la campagne « Kif Kif devant la loi ».
http://www.mmf2010.info/news-1-fr/algerie-campagne-kif-kif-devant-la-loi
http://www.kabyle.com/campagne-kif-kif-devant-la-loi-les-femmes-kabyles-simpliquent-dans-un-combat-international-8592-1203
 

 

___________________________________________________

Actualités | Agenda | Pétitions et actions | S'engager ? Partir ?