Des musiciens brésiliens « pas bienvenus en France » !

Communiqué de presse du 18 octobre

Un trio musical brésilien, invité par l'association AMAR (avec l'appui du RESIA), devait venir informer et enchanter les Bretons en octobre. Une quinzaine de rencontres étaient programmées, en plus des visites de découverte de la Bretagne....Et pourtant, lors d'une escale à Zurich, il a été décidé du renvoi de deux des musiciens au Brésil, ces derniers n'étant "pas les bienvenus en France".

A l'invitation de l'association AMAR, un trio musical brésilien devait venir informer et enchanter les Bretons entre le 11 et le 29 octobre 2011. Une quinzaine de rencontres étaient programmées, en plus des visites de découverte de la Bretagne. Elles reposent sur l'alternance d'illustrations musicales et d'échanges pour décrire la culture, les espoirs et les revendications du mouvement des communautés descendantes d'esclaves évadés du Brésil. Ces 5.000 communautés regroupent aujourd'hui plusieurs millions de Brésiliens, dont les droits constitutionnels de rester sur leur territoire sont menacés.

Une escale à Zürich a amené Nelsinho Moralle et ses deux musiciens Antonio et Augusto Sangalli à poser le pied, sans information, sur le sol suisse. Interpellés par les autorités suisses ils ont passé deux journées en rétention, malgré le soutien du Consulat du Brésil, avec le droit d'expédier un seul courrier électronique à AMAR pour décrire la situation et d'établir un appel téléphonique seulement au bout d'une journée. Il a été décidé le renvoi au Brésil des deux musiciens, alors que Nelsinho Moralle, qui possède la double nationalité avec l'Espagne, était autorisé à continuer vers la France. Par solidarité avec ses amis, il est aussi retourné au Brésil. Le motif donné par les autorités suisses, avec un « petit sourire » a été que les autorités françaises ont notifié que les musiciens « n'étaient pas bienvenus en France ». Pourtant, ni en Suisse, ni en France, il n'y a besoin de visa pour les Brésiliens en séjour de moins de trois mois.

AMAR et toutes les structures qui devaient accueillir Nelsinho et son groupe, Maison de Jeunes et de la Culture, Foyers de Jeunes Travailleurs, bars culturels, artistes, structures de développement local, associations de solidarité internationale et de commerce équitable, s'indignent de cette nouvelle manifestation de rejet de l'Autre par les autorités, qu'elles soient suisses ou françaises. Elles les appellent à considérer le discrédit jeté sur l'Europe par ces pratiques discriminatoires, dont les personnes de couleur sont les premières cibles, et à mesurer l'enrichissement culturel et humain dont elles privent leurs habitants. Elles déclarent aussi solennellement que tous les obstacles dressés n'entameront pas leur détermination à jouer leur rôle de diffusion de la culture, de propagation de l'amitié entre les peuples et de respect des droits humains.


Contact : association AMAR
Avec le soutien du RESIA et de l’association Le Marronnier
 

 

 

 

___________________________________________________

Actualités | Agenda | Pétitions et actions | S'engager ? Partir ?