Rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens

Communiqué de presse de l'AFPS Trégor - 4 mai 2012

Contre les détentions arbitraires et les violations des droits humains élémentaires

RASSEMBLEMENT
Vendredi 11 mai 2012, à 18h30, devant la mairie de LANNION

 

Une grève de la faim est actuellement menée par 2 000 prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Ce mouvement, massif depuis le 17 avril, dure depuis plus de deux mois pour certains d’entre eux. C’est notamment le cas de Thaer Hallaleh et de Bilal Diab, privés de soins appropriés et dont l’état est aujourd’hui critique après 64 jours de grève de la faim.

Ils réclament le droit de visite, y compris pour les prisonniers dont la famille est à Gaza, la fin des
mesures répressives et humiliantes, la fin des cellules d’isolement et la fin du système de la détention administrative.

Depuis 1967, plus de 800 000 Palestiniens ont connu les prisons israéliennes. Il n’est guère de famille qui n’ait été touchée. A ce jour 4 610 prisonniers sont détenus en Israël dans environ 21 prisons, 5 centres de détention, 4 centres d’interrogatoire, et au moins une installation secrète, le centre de détention 1391, tous lieux situés à l’intérieur d’Israël, en violation de la Quatrième Convention de Genève qui interdit les transferts forcés en dehors du territoire occupé. Parmi ces prisonniers, 185 enfants ou jeunes de moins de dix-huit ans, 11 femmes, 27 députés, 2 anciens Ministres, 41 universitaires, et plus d’une centaine de personnes atteintes de maladies et de handicaps. De plus 320 prisonniers sont soumis à la détention administrative, un régime arbitraire qui viole la quatrième convention de Genève.
Pour avoir lancé un appel à l’unité, à la cohésion, à la création d’un gouvernement d’union nationale, et à la poursuite de la résistance populaire et pacifique, le député Marwan Barghouti a été placé en cellule d’isolement dans la prison de Hadarim.

C’est une politique menée de longue date à laquelle les Accords d’Oslo n’ont rien changé. Signe qu’à l’inverse de ce qui s’est passé en Afrique du Sud ou en Irlande il n’y avait, de la part d’Israël, aucune volonté de s’engager dans un processus de paix. Au contraire, en réprimant ceux qui prétendent résister à l’occupation, il s’agit de punir tout un peuple pour le réduire au silence.

Nous appelons toutes les forces démocratiques et de défense des droits humains à coordonner
et développer leurs actions pour faire pression sur les gouvernements afin d’obtenir :

- l’abolition du régime illégal de la détention administrative,
- l’abandon des pratiques qui violent les droits élémentaires,
- la fin des cellules d’isolement,
- la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens.


(voir : http://www.france-palestine.org/Solidarite-avec-les-prisonniers,19694 )

 

___________________________________________________

Actualités | Agenda | Pétitions et actions | S'engager ? Partir ?